Les résultats du MMHE à l’ère des nouveaux agents

  • Avivi I & al.
  • Am J Hematol
  • 23 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le myélome multiple hématogène extramédullaire (MMHE) était associé à des caractéristiques de risque élevé au moment du diagnostic de myélome multiple (MM).
  • Une manifestation fréquente dans les tissus non palpables suggère que des examens d’imagerie avancés pourraient favoriser une détection plus précoce ; actuellement, les médicaments immunomodulateurs (MIM) pourraient offrir les meilleures chances de réponse, et une réponse profonde était associée à une amélioration de la survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un MMHE se développe chez 10 à 30 % des patients atteints d’un MM.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les caractéristiques et les résultats à l’ère des nouveaux agents, chez 127 patients traités pour un MMHE.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Au moment du MMHE :
    • 32 % des patients présentaient une plasmocytose de la moelle osseuse ;
    • 20 % présentaient une maladie non sécrétoire ;
    • 52 % présentaient plusieurs sites de MMHE, principalement dans des endroits non palpables, dont 29,1 % dans les tissus mous et la peau.
  • Les MIM étaient associés à une meilleure réponse que les inhibiteurs du protéasome (IP) et la chimiothérapie : rapport de cotes (RC) : 2,2 ; IC à 95 % : 1,02–4,7 ; P = 0,04.
  • À l’analyse multivariée :
    • Une réduction de 43,7 % du délai écoulé jusqu’au développement du MMHE a été observée chez les patients atteints d’une maladie de stade 3 selon le système international de stadification (International Staging System 3, ISS3), comparativement à une maladie ISS1 (IC à 95 % : 16,5–62,0 % ; P = 0,005).
    • La non-obtention d’une très bonne réponse partielle (TBRP) ou mieux avec le traitement de première intention au moment du MMHE était associée à une réduction de la SG (rapport de risque [RR] : 9,87 ; IC à 95 % : 2,349–39 ; P = 0,001).

Limites

  • Données rétrospectives.