Les résultats d’une étude de phase II sur BR chez des patients âgés atteints d’un LF avec faible charge tumorale

  • Gyan E & al.
  • Br J Haematol
  • 16 août 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association de bendamustine et de rituximab (BR), suivie d’un traitement d’entretien par rituximab, a démontré un taux élevé de réponse chez les patients âgés atteints d’un lymphome folliculaire avec faible charge tumorale (LFFCT) non préalablement traité.
  • Cependant, plusieurs décès liés au traitement ont été rapportés au cours du traitement d’entretien ; ce schéma n’est donc pas recommandé dans ce contexte.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il pourrait s’agir de la première étude à évaluer ce schéma dans cette population de patients.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II visant à évaluer deux cycles de l’association de bendamustine et de rituximab, suivis d’un traitement d’entretien par rituximab, a été menée auprès de 63 patients âgés atteints d’un LFFCT non préalablement traité.
  • Tous les patients ont obtenu un score à l’Indice pronostique international du lymphome folliculaire supérieur ou égal à 2.
  • Âge médian des patients : 67,4 ans (intervalle : 61–84).
  • 18 patients (29 %) présentaient une charge tumorale élevée.
  • Financement : Roche, Mundipharma. 

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale de 93,7 % (IC à 95 % : 85,8–99,9 %).
  • Le taux de réponse complète/réponse complète non confirmée à 12 semaines était de 54,0 % (IC à 95 % : 40,9–66,6 %).
  • Trois patients sont décédés au cours du traitement d’entretien.
  • La SSP à 24 mois était de 88,1 % (IC à 95 % : 73,7–94,9 %) chez les patients présentant une faible charge tumorale, contre 77,8 % (IC à 95 % : 51,1–91,1 %) chez ceux présentant une charge tumorale élevée (P = 0,69).

Limites

  • L’étude a inclus des patients présentant les caractéristiques d’une charge tumorale élevée.