Les résultats d’un essai comparant la linagliptine au glimépiride sont similaires pour tous les groupes d’âge

  • Espeland MA & al.
  • Diabetes Obes Metab
  • 12 nov. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans cette analyse des sous-groupes de l’essai CAROLINA, les résultats cardiovasculaires (CV) étaient similaires avec la linagliptine et le glimépiride pour tous les groupes d’âge.
  • Le risque d’hypoglycémie était plus faible avec la linagliptine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans les essais cliniques portant sur des médicaments hypoglycémiants, une sous-inclusion des adultes plus âgés, pour lesquels la sécurité d’emploi est une préoccupation majeure, est généralement constatée.  

Méthodologie

  • Les participants âgés de 40 à 85 ans (n = 6 033) atteints d’un diabète de type 2 d’apparition récente, ayant un contrôle glycémique inadéquat et présentant un risque CV élevé ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de la linagliptine à raison de 5 mg/jour ou du glimépiride à raison de 1–4 mg/jour.
  • Représentation par âge :
    • 2 129 participants étaient âgés de 65 à 74 ans.
    • 846 participants étaient âgés de 75 ans ou plus.
    • 197 participants étaient âgés de 80 ans ou plus.
  • La durée de suivi médiane était d’environ six ans.
  • Financement : Boehringer Ingelheim.

Principaux résultats

  • Pour le critère d’évaluation principal (le délai avant le décès d’origine CV, l’infarctus du myocarde d’issue non mortelle ou l’accident vasculaire cérébral d’issue non mortelle), le rapport de risque (RR) global était de 0,98 (IC à 95,47% : 0,84–1,14), aucune interaction significative n’a été constatée entre l’âge et l’effet du traitement (P = 0,39).   
  • Rapports de risque (RR ; IC à 95 %) pour la linagliptine, par rapport au glimépiride :
    • Moins de 65 ans : 1,11 (0,88–1,41).
    • 65–74 ans : 0,88 (0,69–1,12).
    • 75 ans ou plus : 0,99 (0,74–1,31).
  • Les réductions du taux d’HbA1c en points de pourcentage n’ont pas différé significativement en fonction de l’âge (IC à 95 %) : 
    • Moins de 65 ans : -0,01 (-0,09, 0,06).
    • 65–74 ans : +0,01 (-0,06, 0,08).
    • 75 ans ou plus : +0,04 (-0,08, 0,15).
  • L’hypoglycémie modérée/sévère était nettement plus faible avec la linagliptine qu’avec le glimépiride (RR : 0,18 ; IC à 95 % : 0,15–0,21), sans hétérogénéité entre les différents groupes d’âge (P = 0,23 pour l’interaction entre le traitement et le groupe d’âge).

Limites

  • Aucune correction statistique n’a été réalisée pour les comparaisons multiples.
  • Aucune évaluation du statut fonctionnel n’a été réalisée.