Les recommandations de la Société d’endocrinologie abordent la prise en charge du risque d’hypoglycémie

  • Univadis
  • content_folder.clinical_summaries_univadis_global.label
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société d’endocrinologie (Endocrine Society) a publié une directive de pratique clinique pour la prise en charge des personnes diabétiques à haut risque d’hypoglycémie.

Les 10 recommandations sont les suivantes :

  1. La mesure continue du glucose (MCG) plutôt que le contrôle continu de la glycémie (CCG) par piqûre au bout du doigt pour les patients atteints d’un diabète de type 1 (DT1) recevant de multiples injections quotidiennes (IQM).
  2. MCG en temps réel et les pompes à insuline contrôlées par algorithmes (PICA) par rapport aux IQM avec CCG pour les adultes et les enfants atteints d’un DT1.
  3. MCG pour les patients ambulatoires atteints d’un diabète de type 2 (DT2) qui utilisent de l’insuline et/ou des sulfonylurées.
  4. MCG dans le cadre d’une hospitalisation pour certains patients hospitalisés à haut risque.
  5. Poursuite du MCG personnel dans le cadre d’une hospitalisation avec ou sans traitement par PICA, plutôt que son arrêt.
  6. Programmes de surveillance et de prise en charge de la glycémie des patients hospitalisés exploitant les données des dossiers médicaux électroniques.
  7. Analogues de l’insuline à longue durée d’action plutôt que l’insuline humaine protamine neutre Hagedorn pour les patients adultes et pédiatriques ambulatoires sous insulinothérapie basale.
  8. Analogues de l’insuline à action rapide plutôt que les insulines humaines régulières (à courte durée d’action) pour les patients adultes et pédiatriques sous insulinothérapie basale-bolus.
  9. Un programme structuré d’éducation des patients à la place de conseils non structurés pour les patients ambulatoires adultes et pédiatriques atteints d’un DT1 ou d’un DT2 et recevant une insulinothérapie.
  10. Préparations de glucagon qui n’ont pas besoin d’être reconstituées à la place de celles qui doivent l’être (c’est-à-dire, qui sont disponibles sous forme de poudre et de diluant) pour les patients ambulatoires atteints d’une hypoglycémie sévère.