Les recommandations de l’ASTRO/ASCO/AUA approuvent la RTE pour le traitement du cancer de la prostate de stade précoce

  • Morgan SC & al.
  • J Clin Oncol
  • 11 oct. 2018

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine de radio-oncologie (American Society for Radiation Oncology, ASTRO), la Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) et l’Association américaine d’urologie (American Urological Association, AUA) ont publié une recommandation conjointe pour la radiothérapie externe (RTE) hypofractionnée de plus courte durée chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate de stade précoce comme alternative au fractionnement conventionnel.

Recommandations principales

  • Proposer l’hypofractionnement modéré comme alternative au fractionnement conventionnel aux patients optant pour la RTE sans tenir compte de l’âge, des comorbidités, de l’anatomie ou de la fonction urinaire.
    • Schémas suggérés : 6 000 cGy (20 fractions de 300 cGy) et 7 000 cGy (28 fractions de 250 cGy).
  • Les médecins doivent aborder le caractère limité du suivi mené au-delà de cinq ans.
  • Conseiller les patients sur le léger risque accru de toxicité gastro-intestinale aiguë.
  • Un schéma modérément hypofractionné n’est pas plus conseillé qu’un autre pour les groupes à risque spécifique.
  • Envisager l’ultrahypofractionnement pour les patients à faible risque, mais pas pour les hommes à risque élevé.
    • Un schéma de 3 500–3 625 cGy (5 fractions de 700–725 cGy) pourrait être proposé aux patients à risque faible/intermédiaire dont le volume de la prostate est inférieur à 100 cm3 ; les doses supérieures à 3 625 cGy ne sont pas recommandées en dehors du cadre clinique.
    • L’ultrahypofractionnement en 5 fractions au niveau de la prostate au moyen de traitements quotidiens consécutifs n’est pas conseillé.
  • Utilisation d’au moins 2 points de contraintes dose-volume sur le rectum et la vessie (à l’intervalle de dose supérieur et à mi-chemin approximativement de l’administration de la dose totale).
  • Tout écart vis-à-vis des définitions du volume cible et des marges associées est déconseillé, en particulier pour les schémas ultrahypofractionnés.
  • La radiothérapie guidée par imagerie est recommandée de manière universelle.