Les prescriptions de macrolides au cours du premier trimestre de grossesse sont liées à des malformations majeures chez les enfants

  • Fan H, et al
  • The BMJ

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les prescriptions de macrolides au cours du premier trimestre de grossesse sont associées à un risque accru de malformations majeures (en particulier de cardiovasculaires) chez les enfants. 
  • Le risque de malformations génitales (hypospadias) persiste après le premier trimestre.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il convient de prescrire des alternatives aux macrolides, lorsque cela est possible, pour les femmes enceintes et de recourir aux macrolides avec prudence.

Principaux résultats

  • Sur 104 605 enfants, 8,3 % (8 632) sont nés de mères s’étant fait prescrire 1 fois des macrolides, et 91,7 % (95 973) sont nés de mères s’étant fait prescrire 1 fois des pénicillines, durant la grossesse. 
  • Témoins négatifs : 
    • 82 314 enfants de mères s’étant fait prescrire des macrolides (11 874) ou des pénicillines (70 440) avant la conception ;
    • 53 735 frères et sœurs de la cohorte d’étude ayant été exposés avant la naissance à des macrolides (4 512) ou à des pénicillines (49 223). 
  • Prévalence des malformations majeures pour 1 000 naissances viables :
    • exposition à des macrolides au cours du premier trimestre : 27,65 ; 
    • exposition à des macrolides au cours du deuxième/troisième trimestre : 19,5 ;
    • exposition à des pénicillines au cours du premier trimestre : 17,65 ;
    • exposition à des pénicillines au cours du deuxième/troisième trimestre : 17,27.
  • Risques relatifs corrigés (RRc ; IC à 95 %) en cas d’exposition à des macrolides au cours du premier trimestre :
    • toute malformation : 1,55 (1,19–2,03) ;
    • malformation cardiovasculaire : 1,62 (1,05–2,51).
  • En cas d’exposition à des macrolides lors d’un trimestre, quel qu’il soit :
    • Malformations génitales : RRc de 1,58 (IC à 95 % : 1,14–2,19).
  • En cas d’exposition à de l’érythromycine au cours du premier trimestre : 
    • Toute malformation : RRc de 1,50 (IC à 95 % : 1,13–1,99).

Protocole de l’étude

  • Une analyse de cohorte rétrospective et populationnelle a été réalisée afin d’évaluer l’association entre les antibiotiques macrolides utilisés durant la grossesse et le risque de malformations majeures et de troubles neurologiques du développement chez les enfants. 
  • Financement : Institut national britannique pour la recherche en matière de santé (National Institute for Health Research).

Limites

  • Biais vers zéro, effet de dilution.
  • Incapacité à recueillir des informations sur la dispensation/l’utilisation d’antibiotiques.
  • Classification erronée des résultats, biais lié aux naissances.