Les patients préfèrent la chirurgie aux antibiotiques pour le traitement de l’appendicite


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si des études ont suggéré qu’il est possible d’éviter la chirurgie pour le traitement de l’appendicite chez de nombreux patients en ayant recours aux antibiotiques, de nouveaux résultats montrent que les patients et les chirurgiens préfèreraient la chirurgie aux antibiotiques en cas d’appendicite chez eux ou leur enfant.

Un total de 1 728 personnes ont participé à une enquête en ligne et 220 personnes interrogées ont participé à une enquête par analyse de sensibilité en personne lors de laquelle elles ont reçu des informations au sujet de l’appendicectomie laparoscopique, l’appendicectomie ouverte et le traitement par antibiotiques seuls avant d’être interrogées sur le traitement qu’elles seraient susceptibles de choisir en cas d’appendicite non compliquée aiguë chez elles ou leur enfant.

Parmi les personnes interrogées lors de l’enquête en ligne, 85,8 % ont choisi l’appendicectomie laparoscopique, 4,9 % ont choisi l’appendicectomie ouverte et 9,4 % ont choisi les antibiotiques seuls. Pour leur enfant, 79,4 % des personnes interrogées ont choisi l’appendicectomie laparoscopique, 6,1 % ont choisi l’appendicectomie ouverte et 14,5 % ont choisi les antibiotiques seuls. Les individus interrogés étaient moins susceptibles de choisir les antibiotiques s’ils étaient chirurgiens. 

Écrivant dans la revue JAMA Surgery, les auteurs ont indiqué que même si la plupart des personnes interrogées, y compris les chirurgiens, ont préféré la chirurgie, environ une personne sur dix a préféré les antibiotiques, et que « les chirurgiens doivent proposer le traitement par antibiotiques aux patients atteints d’appendicite tout en se sentant à l’aise à l’idée d’expliquer les raisons pour lesquelles ils privilégient la chirurgie ».