Les patients ayant subi un IM présentent de moins bons résultats durant la pandémie de COVID-19

  • Tam CF & al.
  • Catheter Cardiovasc Interv
  • 5 mai 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients ayant subi un infarctus du myocarde (IM) au cours de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) pourraient être à risque accru de retards dans leur traitement, d’évolution clinique plus compliquée et de moins bons résultats.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces auteurs exhortent les cardiologues à avoir conscience du risque de ces effets indirects, notamment des disparités croissantes en matière de soins en raison des contraintes pesant sur le système de santé et de la réaffectation des ressources.

Principaux résultats

  • Les auteurs ont divisé les patients ayant subi 1 IM en 2 groupes : 1 groupe dont l’IM est survenu avant la flambée de COVID-19 (n = 85 ; avant le 25 janvier 2020) et 1 groupe dont l’IM est survenu durant la flambée (n = 64 ; à partir du 25 janvier 2020).
  • Pour le groupe de l’IM survenu pendant la flambée, un délai plus long a été constaté entre leur premier symptôme d’IM et le contact médical.
    • 27,8 % des patients du groupe de l’IM survenu avant la flambée se sont présentés en dehors de la fenêtre de revascularisation, contre 33,3 % des patients du groupe de l’IM survenu pendant la flambée.
  • Les événements du critère d’évaluation composite principal étaient significativement plus fréquents dans le groupe de l’IM survenu durant la flambée :
    • 14,1 %, contre 29,7 % (P = 0,020).
  • Les groupes n’ont pas présenté de différence significative. Toutefois, pour les composantes individuelles du critère d’évaluation composite, des différences numériques ont été observées :
    • Choc cardiogénique : 8,2 % pour le groupe de l’IM survenu avant la flambée, contre 12,5 % pour le groupe de l’IM survenu durant la flambée.
    • Assistance circulatoire mécanique : 7,1 % pour le groupe de l’IM survenu avant la flambée, contre 10,9 % pour le groupe de l’IM survenu durant la flambée.
    • Arythmie ventriculaire : 2,4 % pour le groupe de l’IM survenu avant la flambée, contre 7,8 % pour le groupe de l’IM survenu durant la flambée.
    • Décès à l’hôpital : 5,9 % pour le groupe de l’IM survenu avant la flambée, contre 12,5 % pour le groupe de l’IM survenu durant la flambée.

Protocole de l’étude

  • Une étude observationnelle, transversale et monocentrique a été menée à Hong Kong.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Les auteurs ont fait une mise en garde sur le caractère préliminaire de leurs résultats.
  • Certains patients ont peut-être évité de chercher à se faire soigner de peur de se faire infecter.