Les patients ayant des antécédents de mélanome cutané présentent un risque accru de seconde tumeur primitive non cutanée

  • Beroukhim K & al.
  • J Am Acad Dermatol
  • 15 oct. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des antécédents de mélanome cutané (MC) sont associés à un risque accru de second mélanome cutané primitif, ainsi que de mélanome oculaire, de mélanome de la cavité buccale et de mélanome de la muqueuse vaginale/exocervicale, d’après une analyse de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients ayant des antécédents de MC doivent être informés du risque de second mélanome primitif, y compris de formes non cutanées.

Principaux résultats

  • Des antécédents de MC étaient associés à un risque accru de second mélanome cutané primitif (ratio standardisé d’incidence [RSI] : 8,17 ; IC à 95 % : 8,01–8,33), de mélanome oculaire (RSI : 1,99 ; IC à 95 % : 1,54–2,53), de mélanome de la cavité buccale (RSI : 6,87 ; IC à 95 % : 2,23–16,04) et de mélanome de la muqueuse vaginale/exocervicale (RSI : 10,17 ; IC à 95 % : 4,65–19,30).

Protocole de l’étude

  • 169 841 patients ayant présenté un mélanome cutané antérieur, issus de la base de données SEER, ont été comparés à la population générale en termes de risque de second mélanome primitif.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Analyse rétrospective d’une grande base de données.
  • Biais de surveillance potentiel.