Les patients atteints de troubles de santé mentale perdent jusqu’à 15 années de vie


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un diagnostic de trouble de santé mentale est associé à un maximum de 15 années de vie perdues (AVP), par rapport à la population générale, selon une étude danoise publiée dans la revue The Lancet.

L’étude de cohorte populationnelle avait inclus près de 7,4 millions de personnes âgées de moins de 95 ans, ayant à un moment donné vécu au Danemark entre le 1er janvier 1995 et le 31 décembre 2015. Les troubles mentaux ont été classés en 10 groupes et les causes de décès en 11 groupes.

L’étude a révélé que les taux de mortalité étaient plus élevés chez les personnes atteintes d’un trouble mental qu’au sein de la population générale (28,70 décès, contre 12,95 décès pour 1 000 personnes-années). En outre, tous les types de troubles étaient associés à des taux de mortalité plus élevés, avec des rapports de taux de mortalité (RTM) allant de 1,92 pour les troubles de l’humeur à 3,91 pour les troubles liés à l’utilisation de substances illicites.

Tous les types de troubles mentaux ont été associés à des espérances de vie plus courtes et à un nombre excédentaire d’AVP, allant de 5,42 ans pour les troubles organiques chez les femmes à 14,84 ans pour les troubles liés à l’utilisation de substances illicites chez les hommes.

La mortalité la plus prématurée était attribuable à des causes de décès liées à des affections médicales générales, notamment les maladies infectieuses, les néoplasmes, le diabète, les maladies du système circulatoire et les maladies respiratoires.

Selon les auteurs, les résultats soulignent la nécessité de soins coordonnés pour la prise en charge des affections médicales générales chez les personnes atteintes de troubles mentaux.