Les patients atteints d’un cancer ont un risque plus élevé de zona

  • Qian J et al.
  • J Infect Dis
  • 12 déc. 2018

  • Par Priscilla Lynch
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les personnes ayant récemment reçu un diagnostic de cancer, en particulier de cancers hématologiques, et celles traitées par chimiothérapie, ont un risque accru de développer un zona, selon une nouvelle étude publiée dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Cette étude prospective de grande envergure a examiné le risque de zona avant et après un nouveau diagnostic de cancer et pour différents types de cancer chez 241 497 adultes en Australie de 2006 à 2015.

Les patients atteints de cancers hématologiques et de cancers à tumeurs solides avaient des risques relatifs de zona plus élevés que ceux sans cancer (risque relatif corrigé [RRc] : 3,74 ; IC à 95 % : 3,11–4,51 et 1,30 ; IC à 95 % : 1,21–1,40, respectivement).

Par rapport aux personnes sans cancer, le risque était également élevé dans la période précédant un diagnostic de cancer hématologique (RRc pendant la période de 1–2 ans qui précède : 2,01 ; IC à 95 % : 1,31–3,09), mais cela n’était pas le cas pour les cancers solides (RRc pendant la période de 1–2 ans qui précède : 0,90 ; IC à 95 % : 0,75–1,07).

Par rapport aux personnes sans cancer, le risque de zona chez les patients atteints de cancers solides ayant reçu une chimiothérapie était plus important que chez les personnes sans antécédent de chimiothérapie (RRc de 1,83 [IC à 95 % : 1,60–2,09] et de 1,16 [IC à 95 % : 1,06–1,26], respectivement).

Les résultats pourraient aider à orienter les efforts de prévention du zona et des complications associées chez les patients atteints de cancer en ayant recours aux nouveaux vaccins inactivés contre le zona.