Les patients atteints d’un cancer hospitalisés pourraient présenter un risque deux fois plus élevé de transmission du SARS-CoV-2

  • Yu J & al.
  • JAMA Oncol
  • 25 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer hospitalisés dans un hôpital de soins tertiaires à Wuhan, en Chine, ont présenté un risque 2,3 fois plus élevé de transmission du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), comparativement aux personnes non hospitalisées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que les patients atteints d’un cancer hospitalisés sont plus susceptibles de contracter l’infection en raison de leur statut immunodéprimé.
  • Des mesures agressives pourraient être nécessaires afin de réduire la fréquence des visites à l’hôpital.
  • Les patients atteints d’un cancer qui nécessitent une hospitalisation doivent être isolés en respectant des protocoles d’isolement appropriés.

Protocole de l’étude

  • Une série de cas rétrospective portant sur 1 524 patients hospitalisés et atteints d’un cancer (entre le 30 décembre 2019 et le 17 février 2020) a été analysée, sur la base d’une revue des dossiers médicaux.
  • Financement : Conseil national pour la recherche médicale (National Medical Research Council).

Principaux résultats

  • Le taux d’infection au SARS-CoV-2 chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), d’un cancer du pancréas, d’un cancer du côlon et d’un cancer du sein était de 0,79 % (n = 12 sur 1 524), contre une incidence cumulée de 0,37 % pour les cas de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) identifiés au cours de la même période dans la ville de Wuhan :
    • rapport de cotes (RC) de 2,31 (IC à 95 % : 1,89–3,02).
  • Les patients atteints d’un CBNPC ont été touchés de manière disproportionnée (7 cas sur 12).
  • Parmi les patients atteints d’un CBNPC (51,3 % des patients avaient plus de 60 ans, et 48,7 % avaient 60 ans ou moins), les patients plus âgés semblaient présenter un risque plus élevé de contracter le COVID-19 (4,3 % chez les patients de plus de 60 ans, contre 1,8 % chez les patients de 60 ans ou moins).
  • Résultat : 3 des 12 patients atteints d’un cancer infectés sont décédés du COVID-19.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Série de cas.