Les patientes qui sont actives autour de la quarantaine pourraient avoir un risque réduit de démence


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le fait d’être actif physiquement et mentalement autour de la quarantaine pourrait réduire le risque de développer une démence plusieurs décennies par la suite. C’est ce que suggère une nouvelle recherche dans la revue Neurology

L’étude longitudinale de 44 ans a inclus 800 femmes en Suède de 47 ans en moyenne, qui ont été suivies de 1968 à 2012. Les activités cognitives comme les activités artistiques, intellectuelles, manuelles, religieuses et en club, en plus de l’activité physique, ont été évaluées à l’inclusion. 

L’étude a révélé que le fait d’avoir d’une activité cognitive autour de la quarantaine était associé à une réduction du risque de démence, tous types confondus (risque relatif [RR] : 0,66 ; IC à 95 % : 0,49–0,89), et de la maladie d’Alzheimer (RR : 0,54 ; IC à 95 % : 0,36–0,82) durant le suivi. Le fait de pratiquer une activité physique autour de la quarantaine était associé à une réduction du risque de démence mixte (RR : 0,43 ; IC à 95 % : 0,22–0,86) et de démence accompagnée d’une maladie cérébrovasculaire (RR : 0,47 ; IC à 95 % : 0,28–0,78). 

« Ces résultats indiquent que ces activités pratiquées autour de la quarantaine pourraient jouer un rôle dans le cadre de la prévention de la démence durant la vieillesse et de la préservation de la santé cognitive », a déclaré l’auteur de l’étude, Jenna Najar, de l’Université de Göteborg en Suède. « C’est un résultat enthousiasmant, car ce sont des activités que les gens peuvent intégrer assez facilement dans leur vie et sans dépenser beaucoup. »