Les organisations européennes de neurologie demandent instamment à ce que des mesures soient prises en matière de santé cérébrale


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Conseil européen du cerveau (European Brain Council, EBC), conjointement à la Fédération européenne des associations neurologiques (European Federation of Neurological Associations, EFNA) et à l’Académie européenne de neurologie (European Academy of Neurology, EAN), ont exhorté les dirigeants de l’Union européenne (UE) à accorder une plus grande priorité à la santé neurologique/cérébrale dans les politiques de l’UE.

Cet appel à l’action a été lancé alors qu’il est estimé qu’une personne sur trois présentera un trouble du cerveau au cours de sa vie, les maladies cérébrales occasionnant un coût total estimé à 800 milliards d’euros chaque année rien qu’en Europe. 

Dans une lettre conjointe adressée aux dirigeants, les organisations appellent à prendre des mesures concrètes pour lutter contre le fardeau grandissant des troubles cérébraux. Le document comprend une demande pour que l’UE développe une stratégie unifiée visant à promouvoir la santé cérébrale et à freiner la prévalence des troubles cérébraux. Les organisations y affirment également que la santé neurologique doit constituer une priorité distincte pour le Groupe directeur sur la promotion de la santé, la prévention des maladies et la prise en charge des maladies non transmissibles (Steering Group on Health Promotion, Disease Prevention and Management of NCDs) d’ici 2020 ou 2021. 

« Les troubles neurologiques constituent actuellement un défi majeur pour les politiques de santé dans le monde. Pour relever ce défi, il convient d’accorder une priorité et des ressources suffisantes à la prévention et au contrôle des maladies ainsi qu’à leur prise en charge et traitement, en accord avec les mesures relatives aux cinq principaux facteurs de risque liés aux maladies non transmissibles (MNT) », ont indiqué les organisations.