Les oméga-3 réduisent-ils le risque de diabète ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le fait d’augmenter la consommation d’oméga-3 n’a pas ou peu d’effet sur la prévention et le traitement du diabète sucré de type 2 (DT2), selon un examen des données probantes publié dans la revue BMJ. La recherche suggère même que des doses élevées de graisses oméga-3 à longue chaîne pourraient avoir des effets négatifs sur le risque de diabète et le métabolisme du glucose.

Les chercheurs ont analysé les données d’essais contrôlés randomisés ayant évalué les effets de l’augmentation de l’acide α-linolénique, des oméga-3 à longue chaîne, des oméga-6 ou des acides gras polyinsaturés (AGPI) totaux sur les résultats du diabète. Au total, 83 essais ayant impliqué 121 070 personnes atteintes ou non de diabète ont été inclus.

Les auteurs ont découvert que les oméga-3 à longue chaîne n’avaient que peu ou pas d’effet sur la probabilité de diagnostic de diabète (risque relatif [RR] : 1,00 ; IC à 95 % : 0,85–1,17) ou les mesures du métabolisme du glucose. L’observation suggère des résultats négatifs lorsque la dose supplémentaire d’oméga-3 à longue chaîne était supérieure à 4,4 g/j. 

Ils ont noté que les effets de l’acide α-linolénique, des oméga-6 et des AGPI totaux sur le diagnostic du diabète n’étaient pas clairement établis, car les données probantes étaient de très faible qualité. Une méta-analyse a suggéré un faible effet, voire l’absence d’effet de ces graisses sur les mesures du métabolisme du glucose. 

Lorsque les patients atteints d’un DT2 ou à risque de DT2 choisissent de prendre des suppléments d’oméga-3 à longue chaîne, des doses inférieures à 4,4 g/j doivent être encouragées, ont ajouté les chercheurs.