Les objectifs de réduction du cancer du col de l’utérus de l’OMS sont atteignables pour les pays à revenus plus faible à intermédiaire

  • Brisson M & al.
  • Lancet
  • 30 janv. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’objectif de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de réduction du cancer du col de l’utérus d’ici la fin du siècle est possible, mais nécessite une couverture vaccinale contre le virus du papillome humain (VPH) supérieure ou égale à 90 % chez les filles des pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure (PRITI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Un effort concerté est nécessaire pour généraliser de manière intensive l’accès à la vaccination/renforcer le taux de vaccination contre le VPH chez toutes les adolescentes et les jeunes patientes adultes.
  • Les cliniciens sont exhortés à effectuer un dépistage du VPH et à assurer le suivi des patientes qui sont positives. 

Principaux résultats

  • Parvenir à des taux de couverture vaccinale contre le VPH, uniquement chez les filles, de 90 % permet :
    • une réduction de 89,4 % (intervalle : 86,2–90,2 %) de l’incidence médiane du cancer du col de l’utérus dans les PRITI standardisée selon l’âge ; 
    • 61,0 millions (intervalle : 60,5–63,0 millions) de cas évités globalement.
  • Le vaccin contre le VPH associé à un dépistage au cours de la vie permet :
    • une réduction de 95,0 % (intervalle : 89,0–95,3 %) de l’incidence médiane du cancer du col de l’utérus dans les PRITI standardisée selon l’âge ;
    • 6,8 millions (intervalle : 4,3–9,4) de cas supplémentaires évités.
  • Le vaccin contre le VPH associé à deux dépistages au cours de la vie permet :
    • une réduction de 96,7 % (intervalle : 91,3–96,7 %) de l’incidence moyenne du cancer du col de l’utérus dans les PRITI standardisée selon l’âge ;
    • un total de 74,1 millions (intervalle : 70,4–75,1) de cas évités.
  • La vaccination des garçons en plus des filles est insuffisante pour améliorer les taux de cancer dans les pays ayant l’incidence du cancer du col de l’utérus standardisée selon l’âge la plus élevée (l’Ouganda, par ex.).
  • La vaccination par cohorte multi-âge (jusqu’à l’âge de 25 ans) est inefficace contre l’incidence du cancer du col de l’utérus à l’équilibre.

Protocole de l’étude

  • Une analyse comparative de modélisations a été réalisée, visant à identifier les stratégies de prévention du VPH, le calendrier de mise en œuvre et le nombre de cas de cancer du col de l’utérus évités pour différents seuils et différentes caractéristiques nationales.
  • Financement : OMS.

Limites

  • Il est probable que des facteurs de confusion seront à noter.
  • Une généralisation du vaccin mise en œuvre de façon intensive a été présumée.
  • Les interactions VPH/virus de l'immunodéficience humaine (VIH) n’ont pas été prises en compte. 
  • Le nombre de cas a été sous-estimé.