Les nouvelles recommandations relatives à l’imagerie de surveillance dans le cadre du CBNPC et du CBPC

  • Schneider BJ & al.
  • J Clin Oncol
  • 12 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les nouvelles recommandations de la Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology) apportent des conseils quant à la surveillance par imagerie et par les biomarqueurs après un traitement définitif à visée curative chez les patients atteints d’un CBNPC et d’un CBPC de stade I–III sans signe clinique de récidive.

Pourquoi est-ce important ?

  • La fréquence, le calendrier et la modalité de la surveillance après le traitement à préconiser pour cette population de patients suscitent un vif débat parmi les associations professionnelles et les cliniciens. Par ailleurs, certains protocoles d’imagerie actuellement en vigueur peuvent ne pas s’appuyer sur des données probantes cliniques.

Recommandations principales

  • Les patients doivent faire l’objet d’une imagerie de surveillance pour détecter une éventuelle récidive tous les 6 mois pendant 2 ans, puis tous les ans.
  • La TDM thoracique est la modalité d’imagerie préconisée, y compris l’imagerie des glandes surrénales, de préférence avec contraste.
  • La TEP/TDM au fluorodésoxyglucose n’est pas recommandée pour la surveillance.
  • L’imagerie de surveillance n’est pas recommandée pour les patients cliniquement inadaptés à l’imagerie ou qui ont décidé de renoncer à un traitement supplémentaire.
  • Les patients ne doivent pas être exclus de l’imagerie de surveillance en raison de leur âge.
  • Le dosage des biomarqueurs circulants n’est pas une stratégie de surveillance recommandée pour détecter une récidive.
  • L’IRM cérébrale n’est pas recommandée pour la surveillance de routine dans le cadre du CBNPC de stade I–III, mais est recommandée chez les patients atteints d’un CBPC de stade I–III après un traitement à visée curative tous les 3 mois pendant la première année, puis tous les 6 mois la deuxième année.