Les nouvelles recommandations européennes sur le cancer du sein ne préconisent pas les mammographies chez les femmes de 40–45 ans

  • Schünemann HJ & al.
  • Ann Intern Med
  • 26 nov. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les recommandations européennes sur le cancer du sein, coordonnées par le Centre commun de recherche de la Commission européenne, ont publié 15 recommandations relatives au dépistage et au diagnostic du cancer du sein, qui déconseillent notamment le dépistage par mammographie entre 40 et 45 ans chez les femmes à risque moyen.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces recommandations de dépistage sont cohérentes avec celles du Collège américain des obstétriciens et gynécologues (American College of Obstetricians and Gynecologists), du Collège américain des médecins (American College of Physicians) et de la Société américaine du cancer (American Cancer Society).

Protocole de l’étude

  • 28 membres pluridisciplinaires, comprenant notamment des patientes, ont élaboré ces recommandations après avoir examiné les données probantes et les avoir évaluées à l’aide de l’approche de classement des recommandations par examen, élaboration et évaluation (Grading of Recommendations Assessment, Development, and Evaluation, GRADE).
  • Financement : La Commission européenne.

Recommandations principales

  • Chez les femmes à risque moyen (sans risque accru en raison d’une prédisposition génétique [mutations de BRCA1 et BRCA2], d’antécédents génésiques ou de l’origine ethnique), les recommandations sont les suivantes :
    • 40–45 ans : pas de dépistage.
    • 45–49 ans : dépistage tous les 2 à 3 ans.
    • 50–69 ans : dépistage tous les 2 ans.
    • 70–74 ans : dépistage tous les 3 ans.
    • Utilisation de la mammographie numérique seule plutôt qu’un dépistage par tomosynthèse mammaire numérique (TMN ou mammographie 3D).
  • Chez les femmes présentant une forte densité mammaire et une mammographie négative, ne pas mettre en place de dépistage personnalisé par échographie mammaire automatisée, échographie manuelle ou IRM.
  • La TMN doit être utilisée dans le cadre du diagnostic chez les femmes à risque moyen rappelées en raison de lésions suspectes détectées lors de la mammographie numérique.

Limites

  • Le nombre de données probantes ayant un degré de certitude élevé était insuffisant pour certaines recommandations.