Les nourrissons de plus grande taille ont un risque d’obésité presque triplé


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude, qui a examiné l’association du diabète maternel, d’une grande taille pour l’âge gestationnel (GTAG) et de l’allaitement avec le fait d’être en surpoids ou d’être obèse chez les enfants d’âge préscolaire, a révélé qu’une plus grande proportion des cas d’excès de poids durant l’enfance peuvent être attribués à la GTAG plutôt qu’au diabète maternel durant la grossesse.

L’étude a inclus 81 226 enfants nés entre janvier 2005 et août 2013. Les enfants ont été groupés en catégories en fonction du statut du diabète chez la mère (aucun diabète, diabète gestationnel ou diabète préexistant) et du poids à la naissance. 

Les taux d’enfants en surpoids/obèses à l’âge préscolaire ont varié de 20,5 % chez les témoins (absence de diabète/âge gestationnel approprié) à 42,9 % chez ceux nés d’une mère atteinte de diabète gestationnel/avec une GTAG. 

Le risque attribuable corrigé pour la GTAG seule était de 39,4 %, tandis qu’il était de 16 % pour le diabète gestationnel et de 15,1 % pour le diabète pré-existant. Le risque pour un enfant d’être en surpoids/obèse était presque triplé s’il appartenait au groupe du diabète gestationnel/de la GTAG, par rapport au groupe sans diabète/ayant un âge gestationnel et un poids à la naissance appropriés. 

L’allaitement a été associé à une moindre probabilité de surpoids/d’obésité chez la plupart des enfants, mais pas chez les nourrissons ayant une GTAG nés d’une mère atteinte de diabète. 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Diabetologia, ont suggéré d’aviser les femmes qui planifient une grossesse sur les facteurs de risque d’une GTAG.