Les nodosités d’Heberden pourraient être associées à la progression de l’arthrose du genou


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si les nodosités d’Heberden (NH) sont déjà considérées comme les principales caractéristiques de l’arthrose, une nouvelle recherche suggère qu’elles pourraient également indiquer la progression des lésions structurelles associées à l’arthrose du genou. 

L’étude a inclus 395 patients atteints de NH et 188 patients sans NH, qui avaient fait l’objet d’un examen clinique avec évaluation des NH à l’inclusion et d’une IRM du genou à l’inclusion ainsi qu’à 24 mois. 

Les auteurs ont découvert l’existence d’associations significatives entre la présence de NH et les mesures longitudinales à l’IRM de l’arthrose du genou.

Dans le groupe présentant des NH, une plus grande expansion de la zone osseuse périarticulaire a été observée au niveau de l’articulation du genou sur 24 mois (rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,39 ; IC à 95 % : 1,06–1,83), en particulier au niveau du fémur médial (RCc : 1,49 ; IC à 95 % : 1,05–2,13) et du fémur latéral (RCc : 2,51 ; IC à 95 % : 1,58–3,97), de l’encoche fémorale (RCc : 1,37 ; IC à 95 % : 1,02–1,84) et de la trochlée latérale (RCc : 1,44 ; IC à 95 % : 1,08–1,9).

Toutefois, une tendance à une moindre aggravation des ostéophytes a été constatée au niveau de l’articulation totale du genou, en particulier dans la région du fémur, chez les individus présentant des NH, par rapport à ceux n’en présentant pas. 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Arthritis & Rheumatology, ont déclaré que des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent le lien entre les NH et l’arthrose du genou.