Les MPE préconisent de supprimer toutes les mesures incitatives à la prescription d’antibiotiques


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les membres du Parlement européen (MPE) ont appelé à des efforts accrus pour freiner l’utilisation d’antimicrobiens dans l’Union européenne (UE) et ont suggéré que la menace croissante posée par la résistance aux antimicrobiens (RAM) devrait être contrée par le biais d’une approche « Une seule santé » (One Health). 

La semaine dernière, les MPE ont adopté une résolution non contraignante sur un plan d’action européen fondé sur le principe « Une seule santé » contre la RAM et ont souligné que l’utilisation correcte et prudente des antimicrobiens est essentielle pour limiter l’émergence de la RAM dans les soins de santé chez l’homme, l’élevage et l’aquaculture. Ils appellent la Commission européenne et les États membres de l’UE à restreindre la vente d’antibiotiques par les professionnels de santé et à supprimer toute mesure incitative à leur prescription. 

« Si rien n’est fait, la résistance aux antimicrobiens pourrait provoquer plus de décès que le cancer d’ici 2050. Nous devons commencer par nous pencher sur le cycle dans son ensemble, car la santé des personnes et celle des animaux sont interconnectées. Les maladies se transmettent des personnes aux animaux et vice versa. C’est la raison pour laquelle nous soutenons l’approche holistique de l’initiative “Une seule santé” », a indiqué le rapporteur du plan d’action fondé sur le principe « Une seule santé », Karin Kadenbach. 

Cet appel intervient alors que des données suggèrent que la RAM est responsable d’environ 25 000 décès et d’un surcoût des soins de santé s’élevant chaque année à 1,5 milliard d’euros rien que pour l’UE.