Les ministres de la Santé s’engagent à mettre un terme aux flambées de choléra en Afrique d’ici 2030


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les ministres de la Santé participant cette semaine à la 68e session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique se sont engagés à mettre en œuvre des stratégies qui joueront un rôle décisif pour mettre fin aux flambées de choléra dans la Région africaine d’ici 2030.

Si le choléra pose un problème majeur de santé publique dans le monde entier, c’est toutefois en Afrique subsaharienne que son fardeau et son impact sont les plus lourds. L’année dernière, plus de 150 000 cas de choléra, causant plus de 3 000 décès, ont été signalés dans 17 pays d’Afrique. 

Lors de la réunion de cette semaine, les ministres ont adopté le Cadre régional pour la mise en œuvre de la Stratégie mondiale de prévention et de contrôle du choléra (Regional Framework for the Implementation of the Global Strategy for Cholera Prevention and Control). Les pays adoptant le cadre ont accepté de prendre des mesures basées sur des données factuelles pour lutter contre les flambées, notamment en améliorant la surveillance épidémiologique et la surveillance des laboratoires, en facilitant l’accès à un traitement en temps opportun, en renforçant la surveillance transfrontalière, en favorisant la participation des populations et en ayant davantage recours au vaccin oral contre le choléra. 

L’annonce coïncide avec la publication de nouveaux conseils aux voyageurs du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) concernant les cas de choléra en Algérie. Les autorités de santé algériennes ont rapporté plus de 160 cas de choléra. Selon l’ECDC, même si le risque d’infection pour les pays de l’Union européenne et de l’Espace économique européen est très faible, le risque d’importation d’un cas de choléra ne peut être écarté.