Les médecins sont invités à encourager le dépistage du VIH et de l’hépatite à l’occasion de la semaine européenne du dépistage de printemps


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À l’occasion de la semaine européenne du dépistage de printemps (Spring European Testing Week), du 17 au 24 mai 2019, les agents de santé sont encouragés à intensifier leurs efforts de dépistage du VIH et de l’hépatite.

La semaine européenne du dépistage est une campagne qui a désormais lieu deux fois par an. Elle consiste à encourager les organisations partenaires, dans les établissements communautaires et de santé ainsi que les institutions politiques de toute l’Europe, à se réunir pour intensifier les efforts de dépistage et promouvoir la sensibilisation aux bénéfices d’un dépistage plus précoce de l’hépatite et du VIH.

L’objectif final de cette initiative est de rendre le dépistage plus accessible et de réduire les diagnostics tardifs, avec un effort spécifique en 2019 sur l’intensification des efforts de dépistage en contexte carcéral.

Le thème de cette semaine européenne du dépistage est « Dépister. Traiter. Prévenir. », et son objectif est de favoriser un dialogue continu entre l’ensemble des partenaires qui travaillent au sein des communautés touchées par le VIH et l’hépatite, pour :

  • encourager les personnes qui pourraient présenter un risque de contracter le VIH ou une hépatite à se faire dépister ;
  • encourager les professionnels de santé à proposer un dépistage du VIH ou de l’hépatite dans le cadre des soins de routine dans certains contextes et conditions particuliers (conformément aux recommandations européennes actuelles) ;
  • soutenir et unifier les organisations communautaires, afin d’étendre autant que possible l’accès au dépistage du VIH et de l’hépatite et de partager les leçons tirées ;
  • sensibiliser plus fortement les organismes gouvernementaux aux bénéfices individuels, sociétaux et économiques associés aux initiatives de dépistage du VIH et de l’hépatite, ainsi qu’aux moyens d’évaluer les pratiques de dépistage.