Les médecins sont-ils aussi bons avec un club de golf qu’avec un stéthoscope ?

  • Koplewitz G & al.
  • BMJ
  • 10 déc. 2018

  • de Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude américaine menée auprès de plus de 40.000 médecins golfeurs suggère que seulement 4% des médecins pratiquent ce sport (près de 90% d'hommes). La proportion de médecins qui jouent au golf augmenterait régulièrement avec l’âge. Les chirurgiens orthopédiques sont les plus nombreux à le pratiquer et présentent par ailleurs les meilleures performances. La performance moyenne des médecins au golf est cependant légèrement inférieure à la moyenne générale (handicap global de 16, 15 pour les médecins hommes et 25,2 pour les médecins femmes). Laissant largement présager qu’ils sont meilleurs avec un stéthoscope en main qu’avec un club de golf.

Cette étude ne répond cependant pas à un certain nombre de questions pourtant essentielles : Existe-t-il une association entre la mortalité des patients et le temps accordé par les médecins à la pratique du golf ? Si oui, celle-ci est-elle positive (augmentation de la mortalité par diminution du temps médical) ou négative (diminution de la mortalité par diminution du stress sur un green plutôt que face aux patients ou aux équipes de soins). Les coûts associés aux soins sont-ils augmentés les jours qui suivent un parcours de golf jugé raté ? Sans oublier : le temps consacré au golf par les hommes médecins est-il directement proportionnel à la différence de temps homme-femme accordé aux tâches ménagères ? 

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Nous pouvons notamment imaginer que les responsables du National Institutes of Health, instigateurs de cette étude, sont de grands joueurs de golf et qu’ils souhaitaient faire passer un message pour renouveler leur matériel en guise de cadeau de Noël…

Méthodologie

Cette étude observationnelle a été menée à partir d’une base de données regroupant les informations de la quasi-totalité des médecins américains et une base de données de l’association américaine de golf amateur. Au total, les informations concernant 41.692 médecins foulant les parcours de golf au 12 août 2018 ont été évaluées.

Principaux résultats

Sur les 1.029.088 médecins, seuls 4,1% (n=41.692) avaient enregistré des scores dans la base de données de l’association américaine des golfeurs amateurs. Parmi eux, 89,5% étaient des hommes. Ainsi 5,5% de l’ensemble des praticiens hommes jouent au golf aux États-Unis contre 1,3% des médecins femmes.

Le top 5 des spécialistes les plus représentés sur les grains sont les chirurgiens orthopédiques (8,8%), les urologues (8,1%), les chirurgiens plasticiens (7,5%), les ORL (7,1%) et les chirurgiens vasculaires (6,9%).

Les chirurgiens thoraciques, les chirurgiens vasculaires et les chirurgiens orthopédiques présentaient des performances 15% supérieures à celles des diabétologues, dermatologues et oncologues.

Les spécialistes les plus présents sur les parcours de golf au cours des 6 derniers mois étaient les chirurgiens vasculaires (15 parties), les neurologues, les dermatologues et les pneumologues.

Faut-il croire que ces médecins passent plus de temps un club de golf à la main que face à un patient ? Un indice tendrait à faire penser le contraire, en effet la proportion la plus importante de l’échantillon interrogé avait entre 60 et 75 ans... donc plus forcément en activité.

Principales limitations

Ces analyses sont basées sur les données déclarées par les médecins golfeurs. Tous ne déclarent pas leurs parties, leurs performances, laissant supposer que le nombre de médecins joueurs de golf pourrait être largement sous-estimé.

Financement

Cette étude a été menée par le National Institutes of Health, indépendamment de tout support financier privé.