Les médecins qui luttent contre Ebola menacent de faire grève en raison de préoccupations liées à la sécurité


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités ont averti que la situation en matière de sécurité en République démocratique du Congo, où les intervenants continuent leurs efforts pour contenir la flambée d’Ebola en cours, demeure « instable et difficile ». 

Cet avertissement intervient quelques jours après qu’un épidémiologiste de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a été tué et que deux autres professionnels de santé ont été blessés lors d’une attaque par une milice armée dans un centre de traitement d’Ebola. 

Le mercredi 24 avril 2019, des agents de la riposte ont menacé de faire grève si la situation en matière de sécurité ne s’améliorait pas. Reuters a rapporté que des dizaines de médecins et infirmiers congolais ont marché dans la ville de Butembo pour exhorter les autorités à prendre des mesures de sécurité supplémentaires, annonçant qu’ils feraient grève à compter de la première semaine de mai si leur sécurité ne pouvait être garantie. 

Dans son dernier rapport de situation, l’OMS a déclaré que la sécurité et la sûreté du personnel en charge de la riposte restaient l’une des principales priorités et que des efforts étaient en cours pour examiner et renforcer les mesures visant à assurer la sécurité des intervenants. « La mobilisation des communautés par l’instauration d’un dialogue direct est en cours pour permettre une meilleure acceptation de la riposte de leur part, cette acceptation étant déterminante pour parvenir à une riposte efficace, et pour assurer la sécurité et la sûreté des agents de santé luttant contre la flambée et des patients dont ils s’occuppent », a-t-il été indiqué.