Les médecins courent-ils un risque plus élevé d’AVC ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les personnes ayant eu de longs horaires de travail pendant 10 ans ou plus pourraient présenter un risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) 45 % plus élevé. C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue Stroke

Des chercheurs ont examiné les données portant sur 143 592 personnes issues de l’étude de cohorte populationnelle française CONSTANCES. De longs horaires de travail ont été définis comme le fait de travailler plus de 10 heures par jour pendant au moins 50 jours par an. Les facteurs de risque cardiovasculaire et les occurrences d’AVC antérieures ont été relevées à partir d’entretiens médicaux distincts.

Globalement, 1 224 des participants ont subi des AVC. L’étude a révélé que les participants ayant eu de longs horaires de travail présentaient un risque d’AVC 29 % plus élevé, et que ceux ayant eu de longs horaires de travail pendant 10 ans ou plus présentaient un risque d’AVC 45 % plus élevé. L’association n’a montré aucune différence entre les hommes et les femmes, mais s’est révélée plus marquée chez les travailleurs de bureau de moins de 50 ans.

« De nombreux prestataires de soins de santé travaillent bien davantage que selon la définition des longs horaires de travail et pourraient également courir un risque plus élevé d’AVC », a déclaré l’auteur de l’étude, Alexis Descatha, chercheur à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, à l’Université d’Angers et à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. « En tant que clinicien, je vais conseiller à mes patients de travailler plus efficacement et je compte suivre mes propres conseils. »