Les maladies respiratoires comme le COVID-19 pourraient laisser une marque durable sur le plan cardiovasculaire

  • Xiong TY & al.
  • Eur Heart J
  • 18 mars 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology) a déclaré que les cardiologues doivent être attentifs aux éventuels effets cardiovasculaires durables des virus tels que le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), le virus responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).
  • Les survivants de la précédente flambée de SARS ont eu des effets dyslipidémiques pendant plusieurs années, et les survivants d’une pneumonie peuvent également subir une influence durable de la maladie vis-à-vis des maladies cardiovasculaires (MCV).

Pourquoi est-ce important ?

  • Alors que les cliniciens sont aux prises avec les MCV en tant que facteur de risque dans le cadre du COVID-19, ils doivent également être vigilants aux séquelles liées aux MCV chez les survivants.
  • Les complications sous la forme de MCV chroniques sont fréquentes avec la pneumonie, affirment les auteurs.

Principaux commentaires

  • La grippe est bien connue pour exacerber l’insuffisance cardiaque et pour son association avec des complications cardiaques, comme l’infarctus du myocarde.
  • Selon les auteurs, les précédentes flambées de coronavirus (SARS, Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient [Middle East Respiratory Syndrome, MERS]) ont également été associées à d’importantes comorbidités et complications cardiovasculaires, notamment des arythmies et des morts subites cardiaques.
  • Des cas de myocardite et de fraction d’éjection réduite ont également été identifiés.
  • Dans le cadre de la flambée actuelle, les MCV constituent un facteur de risque connu.
  • Les cliniciens doivent prêter attention au statut de la coagulation des patients qui portent des endoprothèses et surveiller la fonction plaquettaire.
  • Une défaillance multi-viscérale avec une atteinte cardiaque a été constatée avec le COVID-19.
  • Pour les survivants, les effets cardiovasculaires peuvent perdurer et les cliniciens doivent être vigilants concernant les antécédents de COVID-19 et d’autres maladies du SARS.
  • Les auteurs ont affirmé l’absolue nécessité de mener d’autres recherches.