Les lymphocytes T régulateurs prédisent les résultats de la SABR dans le cadre du CBNPC oligorécurrent

  • Liu C & al.
  • Int J Radiat Oncol Biol Phys
  • 19 août 2019

  • Par Craig Hicks
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le taux de lymphocytes T régulateurs (Trég) est un facteur prédictif indépendant de la SG et de la SSP dans le cas d’un traitement par radiothérapie stéréotaxique d’ablation (Stereotactic Ablative Radiotherapy, SABR) du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) oligométastatique sur la base d’une récidive pulmonaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients présentant un taux élevé de Trég avant le traitement peuvent nécessiter d’autres traitements en plus de la SABR.

Protocole de l’étude

  • Une étude prospective a été menée auprès de 63 patients atteints d’un CBNPC oligométastatique sur la base d’une récidive pulmonaire, qui ont fait l’objet d’une SABR (66,7 % d’hommes ; âge médian : 63 ans [intervalle : 44–84]).
  • La durée de suivi médiane était de 19,1 mois.
  • Financement : Programme national clé de recherche et de développement de Chine ; Programme clé de recherche et de développement du Shandong ; Fondation nationale des sciences naturelles de Chine.

Principaux résultats

  • Les taux de SG estimés à 1, 2 et 3 ans étaient de 84,3 %, 63,4 % et 44,0 %, respectivement. 
    • Les taux de SSP correspondants étaient de 55,2 %, 30,9 % et 25,7 %.
  • Les patients disposant d’un taux élevé de Trég ont présenté une SG (16,1 mois contre non atteinte ; P = 0,006) et une SSP (11,0 mois contre 21,7 mois ; P = 0,013) plus défavorables.
  • Les analyses multivariées ont confirmé que le taux de Trég était un facteur prédictif indépendant de la SG (rapport de risque [RR] : 2,68 ; P = 0,038) et de la SSP (RR : 2,35 ; P = 0,011).

Limites

  • Échantillon de petite taille.
  • L’histologie tumorale variait selon les patients.
  • Mauvaise classification potentielle d’un second cancer primitif en maladie récidivante.