Les joueurs professionnels de football pourraient présenter un risque plus élevé de sclérose latérale amyotrophique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les joueurs professionnels de football pourraient présenter un risque accru de sclérose latérale amyotrophique (SLA), selon des résultats préliminaires devant être publiés à l’occasion du 71e congrès annuel de l’Académie américaine de neurologie (American Academy of Neurology), qui se déroulera à Philadelphie au mois de mai. 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont passé en revue les cartes de football à collectionner d’environ 25 000 joueurs de football professionnels de sexe masculin ayant évolué en Italie de 1959 à 2000 et ont examiné les informations de presse afin de déterminer les joueurs ayant développé une SLA. « Plusieurs décès de joueurs de football professionnels italiens ont été causés par la SLA, et les recherches antérieures portant sur la SLA ont révélé que des lésions de la tête à répétition pouvaient constituer un facteur de risque de la maladie. Notre étude a donc cherché à déterminer si les joueurs de football professionnels sont plus susceptibles de contracter une SLA qu’une personne issue de la population générale », a expliqué l’auteur de l’étude, le Dr Ettore Beghi, de l’Institut Mario Negri de recherche pharmacologique à Milan, en Italie. 

Ils ont découvert que 33 joueurs de football avaient développé une SLA, soit environ 3,2 cas pour 100 000, un taux significativement plus élevé que le taux de SLA constaté dans la population générale, qui est de 1,7 cas pour 100 000 personnes chaque année. 

L’étude a également révélé que les joueurs de football peuvent développer la maladie environ 20 ans plus tôt que les personnes issues de la population générale.