Les jeunes médecins perdent confiance dans leur capacité à assister les naissances par voie basse


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des experts ont averti qu’une fréquence élevée de césariennes se traduit par le fait que les jeunes médecins deviennent des spécialistes de la chirurgie et qu’ils perdent par la même occasion confiance dans leur capacité à assister les naissances par voie basse. 

L’avertissement intervient alors que de nouvelles données montrent que le nombre de nourrissons nés par césarienne dans le monde a presque doublé entre 2000 et 2015. 

Selon la recherche publiée dans la revue The Lancet, qui a inclus des données de 169 pays, le recours à la césarienne a augmenté de 3,7 % chaque année entre 2000 et 2015, passant de 12 % des naissances viables en 2000 à 21 % en 2015. 

Le recours à la césarienne était jusqu’à 10 fois plus fréquent en Amérique latine et dans les Caraïbes (44,3 %) qu’en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale (4,1 %) en 2015. Cette pratique était presque 5 fois plus fréquente parmi les naissances correspondant aux quintiles les plus riches, par rapport aux quintiles les plus pauvres, dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire, et 1,6 fois plus fréquente dans les établissements privés que dans les établissements publics. 

Les auteurs ont indiqué que la fréquence élevée des césariennes est préoccupante pour l’enseignement médical et que le personnel doit être encouragé à développer les compétences nécessaires à la prestation de soins de qualité, à la fois pour les naissances non compliquées et pour les soins d’urgence. Ils ont également rappelé que les professionnels de santé ne doivent intervenir que lorsque cela est requis sur le plan médical.