Les IRM de surveillance démontrent une très faible performance après une mastectomie bilatérale avec reconstruction, selon une étude israélienne

  • Golan O & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 3 déc. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une IRM de surveillance réalisée après une mastectomie bilatérale avec reconstruction est associée à un faible taux de détection du cancer (TDC) et à un taux élevé de résultats faux positifs, selon une étude de cohorte rétrospective menée auprès de femmes atteintes ou présentant un risque de cancer du sein (CS).

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que des IRM de surveillance soient fréquemment réalisées dans cette population, les auteurs partagent l’avis des diverses sociétés qui déconseillent cette pratique.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective (n = 159 femmes atteintes ou présentant un risque de CS ; n = 415 IRM de surveillance) d’examens d’IRM consécutifs réalisés après une mastectomie bilatérale (quelle que soit l’indication) avec reconstruction entre 2010 et 2018 a été menée.
  • L’interprétation des IRM s’appuyait sur les catégories établies par le Système de données et de rapport d’imagerie du sein (Breast Imaging Reporting and Data System, BI-RADS) du Collège américain de radiologie (American College of Radiology).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 90 % des IRM de surveillance ont été réalisées chez des femmes ayant fait l’objet d’une reconstruction par implant.
  • 405 des 415 IRM de surveillance étaient négatives (catégories 1 ou 2 selon le BI-RADS ; TDC de 2,4 pour 1 000 IRM de surveillance ; IC à 95 % : 0,4–13 pour 1 000).
  • Un cas de récidive dans le sein a été identifié, mais la patiente a simultanément reçu un diagnostic de CS métastatique.
  • Le taux de résultats faux positifs était de 90 % (IC à 95 % : 54–99 %), dans les cas de catégorie 0, 3, 4 ou 5 selon le BI-RADS, associée à un examen d’imagerie de suivi bénin ou d’un diagnostic histologique bénin.
  • L’IRM a indiqué un résultat faux négatif chez trois femmes présentant une récidive locale (taux de cancer d’intervalle : 5 pour 1 000 ; IC à 95 % : 1,3–17).

Limites

  • Conception observationnelle et rétrospective de l’étude.
  • Étude monocentrique.