Les IPP pourraient accroître le risque de trouble dépressif majeur


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients exposés à une dose définie journalière cumulée (DDJc) plus élevée d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) pourraient présenter un risque plus élevé de développer un trouble dépressif majeur plus tard au cours de la vie. C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue Psychotherapy and Psychosomatics.

L’étude a comparé les données de 2 366 patients qui ont été exposés à des IPP et qui ont développé par la suite un trouble dépressif majeur et 9 464 sujets sans trouble dépressif majeur issus de la base de données de recherche de l’assurance maladie nationale de Taïwan (NHIRD). Les auteurs ont découvert que les patients atteints de dépression majeure avaient une plus forte prévalence de DDJc plus élevée d’IPP que ceux sans dépression majeure. Il a été observé que le risque accru de trouble dépressif majeur était particulièrement élevé pour les utilisateurs de pantoprazole, de lansoprazole et de rabéprazole tandis que seule une significativité de tendance a été notée dans les sous-groupes prenant de l’oméprazole et de l’ésoméprazole.

Les auteurs ont noté un certain nombre de limites à leur étude et ont déclaré qu’en raison de la nature rétrospective et observationnelle de l’étude, il a été très difficile d’établir clairement un lien de causalité entre l’exposition aux IPP et la dépression majeure. « D’autres études seront nécessaires pour clarifier la physiopathologie entre l’exposition aux IPP et le risque de trouble dépressif majeur. Nous recommandons toutefois aux médecins de ne pas s’abstenir de recourir aux IPP pour les indications appropriées », ont-ils conclu.