Les IPP peuvent-ils être utilisés sans danger pendant la grossesse ?

  • Li CM & al.
  • Aliment Pharmacol Ther
  • 7 janv. 2020

  • Par Elisabeth Aron, MD, MPH, FACOG
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) pourraient être associés à un risque légèrement accru d’anomalies congénitales, mais aussi à un risque réduit d’avortement spontané.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les IPP sont fréquemment utilisés pendant la grossesse, malgré des données contradictoires sur leur sécurité d’emploi.
  • Les IPP ont été associés à l’asthme infantile chez la progéniture et à un risque accru de cholestase.
  • Les IPP ne doivent être utilisés durant la grossesse que lorsque les bénéfices l’emportent sur les risques.

Principaux résultats

  • 23 études ont rapporté des résultats concernant les malformations congénitales.
  • Le risque global de malformations congénitales était plus élevé chez les femmes utilisant des IPP :
    • RC de 1,28 (IC à 95 % : 1,09–1,52).
  • Aucun risque accru significatif n’a été constaté concernant l’hypospadias, la fente palatine sans fente labiale, les malformations cardiovasculaires, le pied bot, la mortinatalité ou la naissance prématurée.
  • Trois études ont rapporté des résultats concernant l’avortement spontané et ont montré un risque réduit chez les utilisatrices d’IPP :
    • RC de 0,66 (IC à 95 % : 0,43–1,00).

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une revue systématique de la littérature et d’une méta-analyse (26 études).
  • L’exposition était définie comme tout type d’IPP utilisé pendant la grossesse.
  • Le groupe exposé a été comparé à un groupe témoin provenant de la même population de l’étude.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Les limites sont en lien avec les limites des études d’origine.
  • Une hétérogénéité a été observée entre les études.