Les IPCI seuls constituent une alternative en cas de métastases cérébrales dans le cadre du CBNPC

  • Loiola de Alencar VT & al.
  • J Thorac Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une monothérapie à base d’inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI) est sûre et efficace en cas de métastases cérébrales non traitées dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), ce qui offre une alternative lorsqu’une radiothérapie ne peut pas être réalisée.

Pourquoi est-ce important ?

  • La plupart des essais cliniques concernant l’immunothérapie dans le cadre du CBNPC excluaient les patients présentant des métastases cérébrales, ce qui peut concerner jusqu’à 40 % des patients atteints d’un cancer du poumon.

Méthodologie

  • Une revue systématique et une méta-analyse ont été réalisées à partir de 12 études ayant porté sur 566 patients atteints d’un CBNPC et de métastases cérébrales qui avaient reçu uniquement un traitement par IPCI.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse objective intracérébrale (TROic) combiné était de 16,4 % (IC à 95 % : 9,8–24,0 %).
  • Le taux de contrôle de la maladie intracérébrale (TCMic) combiné était de 45,0 % (IC à 95 % : 33,4–56,9 %).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau du TROic ou du TCMic entre les patients présentant des métastases cérébrales préalablement traitées et non traitées.
  • Le taux combiné d’événements indésirables de grades 3/4 chez les patients présentant des métastases cérébrales non traitées était de 20,5 %.
  • Le taux de survie sans progression (SSP) intracrânienne à 6 mois était de 30,4 % (IC à 95 % : 22,9–38,6 %).
  • Le TRO extracrânienne était de 16,4 % (IC à 95 % : 10,0–23,9 %).

Limites

  • La plupart des études incluses étaient rétrospectives.