Les interventions menées auprès des couples sont bénéfiques pour les partenaires de patients atteints d’un diabète


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les interventions menées auprès des couples pourraient avoir des effets bénéfiques pour les partenaires d’individus atteints d’un diabète de type 2 (DT2), selon une nouvelle recherche publiée dans la revue Diabetic Medicine. 

L’étude a comparé les résultats de partenaires issus du Projet de lutte contre le diabète (Diabetes Support Project, DSP), un essai contrôlé randomisé de 12 mois impliquant des couples au sein desquels un partenaire était atteint d’un DT2 avec un mauvais contrôle glycémique. Les couples ont été affectés de manière aléatoire afin de recevoir des appels pour une intervention menée auprès du couple (AC), des appels pour une intervention individuelle (AI) destinée aux patients et des appels pour une éducation individuelle sur le diabète (AD) destinée aux patients. Des évaluations en aveugle ont été réalisées pour explorer les « effets d’entraînement » ou les changements comportementaux positifs constatés chez les partenaires.

Il en ressort que, par rapport aux partenaires des groupes AI et AD, les partenaires du groupe AI ont présenté des réductions plus importantes concernant la détresse liée au diabète, des augmentations plus importantes de la satisfaction conjugale et certaines améliorations de la pression artérielle diastolique. Aucune donnée probante n’a indiqué la présence d’un effet d’entraînement sur le comportement vis-à-vis de l’alimentation ou des activités.

« Les professionnels de santé s’inquiètent souvent de l’implication des partenaires, par crainte qu’ils ne se transforment en « police du diabète » et causent des tensions au sein du couple. Nous avons découvert que les partenaires impliqués retiraient un bénéfice sur le plan émotionnel et qu’ils se sentaient mieux dans leur couple, du fait de la collaboration déployée pour relever les défis posés par le diabète », a déclaré l’auteur principal, le Dr Paula Trief de l’Université médicale SUNY du nord de l’État (SUNY Upstate Medical University), aux États-Unis.