Les iECA/ARA sont associés à une réduction de la mortalité dans le cadre du COVID-19

  • Zhang P & al.
  • Circ Res
  • 17 avr. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (iECA)/antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA) sont associés à une réduction du risque de mortalité.
  • Les résultats proviennent d’une étude rétrospective sur l’utilisation en milieu hospitalier de ces médicaments en Chine.

Pourquoi est-ce important ?

  • En raison de l’implication des récepteurs de l’ECA dans le cadre de l’infection au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), des questions ont été soulevées quant à la nécessité pour les patients atteints du COVID-19 de poursuivre ou non ces traitements.
  • La plupart des sociétés cardiaques ont recommandé la poursuite des traitements, mais des préoccupations demeurent.

Principaux résultats

  • La mortalité toutes causes confondues à 28 jours (non corrigée) était plus faible chez les patients prenant des iECA/ARA :
    • 3,7 %, contre 9,8 % parmi les patients ne recevant pas ces traitements (P = 0,01).
  • Après une correction, le risque de mortalité était significativement plus faible dans le groupe des iECA/ARA :
    • RR corrigé (RRc) de 0,42 (IC à 95 % : 0,19–0,92).
  • Parmi les patients ayant pris des antihypertenseurs, ceux ayant pris des iECA/ARA présentaient toujours une mortalité réduite, par rapport à ceux ayant pris d’autres antihypertenseurs :
    • RRc de 0,30 (IC à 95 % : 0,13–0,71).
  • La tendance s’est maintenue dans des appariements selon les scores de propension comportant plusieurs corrections.
  • Les patients prenant des iECA/ARA ont également présenté une réduction du risque de choc septique, par rapport à ceux n’en ayant pas pris :
    • RRc de 0,36 (IC à 95 % : 0,16–0,84).
  • L’hypertension elle-même était, comme attendu, un facteur de risque de mortalité :
    • RRc de 1,41 (IC à 95 % : 1,03–1,94).

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective a été menée auprès de 3 430 patients (53,2 % d’hommes ; âge médian : 64 ans) atteints du COVID-19, dans 9 hôpitaux dans la province du Hubei, en Chine, du 31 décembre 2019 au 20 février 2020.
  • 1 128 patients étaient atteints d’une hypertension et, parmi eux, 188 prenaient des iECA/ARA.
  • Financement : Programme national clé de recherche et de développement de Chine ; autres.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.
  • Les autres médicaments pris avant ou durant l’hospitalisation n’ont pas tous été pleinement pris en compte.