Les hommes atteints de dysfonction érectile ont deux fois plus de risques de développer une maladie cardiovasculaire


  • JIM Vu par vos patients
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une étude basée sur une vaste cohorte confirme la suspicion d'un lien entre la dysfonction érectile et un risque plus élevé de problèmes cardiovasculaires. Parus dans la revue Circulation de l'American Heart Association, ces travaux ont suivi pendant 4 ans plus de 1 900 hommes âgés de 60 à 78 ans. Ceux qui ont signalé des problèmes d'érection au cours du suivi (115 évènements) avaient deux fois plus de risques d'être victimes de crises cardiaques, arrêts cardiaques, morts subites ou accidents vasculaires cérébraux (AVC) mortels et non mortels que les hommes ne présentant pas de dysfonction érectile. Les premiers étaient 6,3 % à rencontrer des problèmes cardiovasculaires contre 2,6 % chez les seconds. L'étude confirme ainsi l'importance du repérage de la dysfonction érectile dans l'évaluation du risque cardiovasculaire chez les hommes d'âge mûr.

« Nos résultats révèlent que la dysfonction érectile est, en soi, un puissant prédicteur du risque cardiovasculaire » commente Michael Blaha, principal auteur de l'étude. Il estime que « l'apparition de la dysfonction érectile devrait inciter les patients à demander une évaluation complète de leur santé cardiovasculaire à leur médecin », tandis que les cliniciens devraient interroger plus systématiquement leur patientèle masculine à partir de 60 ans, voire plus tôt. En France, les 3,5 millions d'hommes qui souffrent de ce problème sont majoritairement des seniors, mais 10 % d'entre eux ont moins de 50 ans.
L'étude rappelle que les maladies cardiovasculaires et les troubles de l'érection partagent des facteurs de risque communs comme l'obésité, l'hypertension, le tabagisme ou encore le diabète.