Les gens du Nord plus à risque de carence en vitamine D

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Au-delà de ses effets prouvés sur le muscle et le squelette, la vitamine D aurait également des effets bénéfiques sur l’immunité, le risque cardiovasculaire, certains cancers et sur les infections. Le déficit en vitamine D est de fait un sujet récurrent dans l’actualité médicale. Si celui-ci est bien identifié chez les populations à risque, il n’existe que très peu de données pour les adultes sains. Des chercheurs ont évalué la prévalence et les facteurs de risque d’insuffisance en vitamine D.

Méthodologie

  • Étude épidémiologique descriptive, prospective, monocentrique menée dans le Nord-Pas-de-Calais.
  • Le recrutement des sujets s’est fait via la base de données Naturalpha par envoi de mails.
  • Les sujets inclus devaient être sains, hommes ou femmes, âgés de18 à 65 ans et ne devaient pas présenter d’antécédents médico-chirurgicaux, ni prendre de traitements modifiant le métabolisme phosphocalcique, ni être enceintes ou allaiter.
  • Les supplémentations vitaminiques étaient autorisées hors cadre thérapeutique.
  • Chaque sujet bénéficiait d’une visite unique qui comprenait le remplissage d’un auto-questionnaire de 19 questions regroupées sous trois axes : morphotype et cadre socioéconomique, exposition solaire, alimentation et supplémentation vitaminique), la réalisation d’un examen médical et d’un dosage sanguin pour mesurer la 25(OH)D (D2+D3).
  • Pour cette étude, les experts ont considéré les définitions suivantes : déficit sévère en vitamine D si le taux sérique était <10 ng/ml, déficit modéré si <20ng/mL, déficit léger si <30ng/mL et concentration normale en vitamine D si ≥30ng/mL.

Résultats

  • Au total, 297 sujets ont été analysés, 127 hommes (42,8%) et 170 femmes (57,2%), l’âge moyen était de 37,6 ans et l’IMC moyen de 24,9 kg/m2. Le nombre de bénéficiaires de la CMU était de 19,5%. Aucune différence significative entre les hommes et les femmes n’a pu être mis en évidence sur les critères anthropométriques.
  • Sur ces 297 sujets, 92,3% (n=274) présentaient un taux de vitamine D <30 ng/mL, 75,1% (n=223) un taux <20 ng/mL, et 27,9% (n=83) un taux <10mg/mL. Le taux moyen en vitamine D sur l’ensemble des sujets évalués était de 15,5 ng/mL [4-55,9].
  • Plusieurs variables ont ét...