Les gains d’espérance de vie ralentissent en Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si l’espérance de vie a augmenté d’au moins deux à trois années au cours de la décennie 2001–2011 dans l’ensemble des pays de l’Union européenne (UE), un nouveau rapport montre que ces gains ont ralenti de manière significative dans de nombreux pays depuis 2011. 

Selon le rapport Panorama de la santé : Europe 2018, l’espérance de vie a augmenté de moins d’une demi-année dans certains pays entre 2011 et 2016, le ralentissement étant attribué à des augmentations périodiques des taux de mortalité chez les personnes âgées dues en partie à la grippe et à un ralentissement du rythme de réduction des décès par maladies circulatoires. 

L’espérance de vie a diminué dans 8 pays de l’UE en 2012 et dans 19 pays en 2015, notamment en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni. 

Le rapport, publié par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission européenne, souligne également que des disparités significatives en matière d’espérance de vie persistent selon le sexe et le statut socioéconomique. 

En moyenne, un homme âgé de 30 ans ayant un faible niveau d’instruction peut s’attendre à vivre environ 8 ans de moins qu’un homme disposant d’un diplôme universitaire ou équivalent. Ce « fossé éducatif » est moindre chez les femmes, avec une différence d’environ quatre ans. 

Les principales causes de mortalité dans les différents pays de l’UE restent les maladies circulatoires et les cancers.