Les gabapentinoïdes sont associés à un risque de surdosage chez les patients plus jeunes


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude publiée dans la revue BMJ a révélé que le traitement par gabapentinoïdes est associé à un risque accru de comportement suicidaire, de surdosage non intentionnel, de blessures et d’accidents de la route chez les personnes jeunes. 

Des études antérieures avaient associé les gabapentinoïdes au comportement suicidaire et à des décès liés à un surdosage, mais les résultats étaient contradictoires. 

Dans cette dernière étude, les chercheurs ont examiné des associations entre les gabapentinoïdes et une série de préjudices parmi 191 973 personnes âgées de 15 ans et plus en Suède, à qui on avait prescrit de la prégabaline ou de la gabapentine entre 2006 et 2013. Les chercheurs ont comparé le risque de préjudices durant les périodes de traitement avec le risque initial durant les périodes sans traitement.

Ils ont découvert que, durant les périodes de traitement, les participants présentaient un risque 26 % plus élevé de comportement suicidaire ou de décès par suicide, un risque 24 % plus élevé de surdosage non intentionnel, un risque 22 % plus élevé de blessures à la tête ou au corps et un risque 13 % plus élevé d’accidents de la route ou d’infractions au code de la route. 

Après une stratification par âge, le risque de comportement suicidaire était plus élevé chez les participants âgés de moins de 55 ans. Le risque le plus élevé se situait dans le groupe d’âge des 15–24 ans (rapport de risque corrigé : 1,67 ; IC à 95 % : 1,52–1,84). 

Après un examen séparé des médicaments, seule la prégabaline a été associée à des risques accrus de préjudices.