Les femmes sont moins susceptibles d’avoir la paternité de commentaires invités dans les revues médicales


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a identifié de fortes disparités entre les sexes concernant la paternité de commentaires invités dans les revues médicales, ces disparités étant plus importantes pour les chercheurs ayant de l’ancienneté. 

L’étude, publiée dans la revue JAMA Network Open, a estimé le rapport de cotes (RC) concernant la paternité d’un commentaire invité pour les femmes, par rapport aux hommes dont l’expertise, l’ancienneté et les statistiques en matière de publication étaient similaires, dans environ 2 500 revues. Les commentaires avaient été publiés entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017. 

Parmi les chercheurs ayant été actifs en termes de publications pendant la durée médiane de 19 ans, la probabilité d’avoir la paternité d’un commentaire invité était 21 % plus faible pour les femmes, par rapport aux hommes dont les domaines d’expertise et les statistiques en matière de publication étaient similaires. 

Les auteurs ont déclaré que ce résultat remet en question l’hypothèse communément admise selon laquelle les disparités entre les sexes concernant la paternité des articles invités peuvent s’expliquer par la plus grande réussite en matière de publications, l’ancienneté ou l’autosélection dans les domaines compétitifs chez les scientifiques de sexe masculin. 

« Les futurs travaux devraient porter sur le développement d’approches pour la recherche d’experts qui soient équitables, axées sur les données et qui permettent d’éviter de propager les biais présents dans les données bibliographiques. Cette stratégie pourrait, si elle est mise en place avec succès, diversifier les réseaux professionnels, renforcer le vivier de talents chez les auteurs et offrir des opportunités à un groupe plus étendu de scientifiques », ont conclu les auteurs.