Les femmes médecins prodiguent-elles de meilleurs soins que leurs homologues masculins ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
Les patients hospitalisés traités par des femmes médecins présentent-ils des taux inférieurs de mortalité à 30 jours et de réhospitalisation, par rapport aux patients traités par des hommes ? Une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue JAMA Internal Medicine suggère que cela est bel et bien le cas.

Des études antérieures avaient suggéré qu’il est possible d’observer des différences dans la pratique de la médecine entre les hommes et les femmes, les femmes médecins étant notamment plus susceptibles de suivre les directives cliniques et de dispenser des soins préventifs plus fréquemment. Certaines études ont toutefois suggéré que des facteurs peuvent justifier des salaires plus élevés chez les hommes médecins, comme les interruptions dans la carrière en raison des périodes de maternité et les taux élevés d’emploi à temps partiel chez les femmes médecins, même si ces dernières dispensent peut-être de meilleurs soins selon ce qu’indiquent les recherches.

Afin de déterminer le véritable effet, si effet il y a, une étude menée par la célèbre École de santé publique Harvard T. H. Chan (Harvard T. H. Chan School of Public Health) à Boston a analysé plus de 1,5 million d’hospitalisations de patients. L’analyse a révélé que les patients traités par les femmes médecins présentaient des taux inférieurs de mortalité à 30 jours (11,07 % contre 11,49 %) et des taux inférieurs de réhospitalisation à 30 jours (15,02 % contre 15,57 %). Il n’a pas été possible d’identifier les facteurs responsables de la différence au niveau des résultats.

Les femmes représentaient à peine plus de 32 % de la cohorte totale de médecins étudiée. Les femmes médecins avaient tendance à être plus jeunes et ont traité un nombre inférieur de patients, par rapport à leurs homologues masculins.