Les femmes font-elles de meilleurs chirurgiens ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Des études ont montré que les femmes et les hommes ont une manière différente de pratiquer la médecine. De nouveaux résultats suggèrent à présent que les patients pris en charge par des chirurgiens de sexe féminin ont des taux de mortalité légèrement inférieurs.

Pour les besoins de l’étude, publiée dans la revue BMJ, les chercheurs ont examiné les données de 104 630 patients traités par 3 314 chirurgiens (774 femmes et 2 540 hommes) entre 2007 et 2015.

Ils ont découvert que les patients traités par les chirurgiens de sexe féminin étaient légèrement moins susceptibles de décéder dans les 30 jours qui suivaient. Aucune différence significative n’a toutefois été constatée s’agissant des taux de réhospitalisations ou de complications. Aucune différence n’a non plus été observée en fonction du sexe du chirurgien concernant les résultats chez les patients ayant fait l’objet d’une chirurgie d’urgence. Les résultats sont par ailleurs restés en grande partie inchangés après la prise en compte de facteurs supplémentaires comme l’éventail des cas.

Les auteurs ont souligné qu’en raison de la nature observationnelle de l’étude, aucune conclusion définitive ne peut être tirée quant à une relation de cause à effet. Ils ont de plus précisé ne pas pouvoir écarter la possibilité que la mortalité inférieure associée aux chirurgiens de sexe féminin soit due à d’autres facteurs non mesurés. Même si la différence relative au niveau de la mortalité est assez modeste (4 %), les auteurs affirment qu’elle pourrait avoir des implications cliniques importantes. Il est nécessaire, selon eux, de mener d’autres recherches.

« Nos résultats ont d’importantes implications concernant la promotion de l’égalité des sexes et la diversité dans une profession traditionnellement à prédominance masculine », ont conclu les chercheurs.