Les facteurs de risque non génétiques de CCR d’apparition précoce

  • Ben Gallarda
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), la consommation de viande rouge et la consommation d’alcool font partie des facteurs liés au mode de vie qui sont associés au risque de cancer colorectal (CCR) avant l’âge de 50 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ 1 diagnostic de CCR sur 10 est réalisé chez des personnes de moins de 50 ans, et celles-ci présentent un risque accru de récidive et de métastases.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 13 études populationnelles (23 437 cas et 35 311 participants témoins).
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Les cas d’apparition précoce touchaient le plus souvent le rectum (39,8 %), suivi du côlon distal (32,3 %) et du côlon proximal (27,9 %).
  • Dans des modèles multivariés, le CCR d’apparition précoce était associé à divers facteurs démographiques et liés au mode de vie :
    • La prise non régulière d’AINS (rapport de cotes [RC] : 1,43 ; P < 0,001).
    • Une consommation plus importante de viande rouge (RC : 1,10 ; P < 0,001).
    • Un niveau plus faible d’éducation supérieure (RC : 1,10 ; P < 0,001).
    • Aucune consommation d’alcool (RC : 1,23 ; P = 0,001).
    • Une consommation d’alcool supérieure à 28 g/jour (RC : 1,25 ; P = 0,02).
  • Une faible consommation de fibres était associée au cancer rectal (RC : 1,30 ; P < 0,001) et au cancer du côlon (RC : 1,14 ; P = 0,02).

Limites

  • Il s’agissait d’une étude rétrospective.