Les études pourraient exagérer l’impact du surmenage sur les soins apportés aux patients


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si des études antérieures ont montré une association entre le surmenage chez les professionnels de santé et la qualité des soins apportés aux patients, une nouvelle recherche suggère que ces études pourraient exagérer l’ampleur de l’effet en question.

Dans une nouvelle revue systématique publiée dans Annals of Internal Medicine, des chercheurs ont mené une évaluation approfondie des biais de déclaration dans la littérature sur le surmenage des professionnels de santé, en ayant inclus plus de 140 populations d’études publiées sur une période de 25 ans et ayant intégré 241 553 professionnels de santé.

Les mesures de la qualité des soins ont été regroupées en cinq catégories : les meilleures pratiques, la communication, les erreurs médicales, les résultats pour les patients et la qualité et la sécurité.

Bien que la plupart des recherches aient suggéré une relation entre le surmenage et la détérioration de la qualité des soins, les auteurs ont rapporté que les résultats étaient fortement hétérogènes. Sur 114 associations surmenage-qualité des soins uniques, 58 ont indiqué que le surmenage était lié à des soins de faible qualité, 6 ont indiqué que le surmenage était lié à des soins de haute qualité et 50 n’ont montré aucun effet significatif. Les auteurs ont noté qu’un excès de significativité était également apparent. 

« On ne sait pas encore si la réduction du surmenage améliore la qualité des soins, ou si l’amélioration de la qualité des soins réduit le surmenage. Il sera donc indispensable de mener des essais randomisés bien conçus et disposant d’une puissance statistique adéquate pour répondre à ces questions », ont conclu les auteurs.