Les enfants qui résident en zone viticole pourraient être plus à risque de leucémie aiguë

  • Environ Res

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude a évalué chez l’enfant les associations entre l’exposition aux pesticides – mesurée indirectement par la densité agricole - la leucémie aiguë (LA), la leucémie lymphoïde aiguë (LAL) et la leucémie myéloïde aiguë (LAM). 

  • Aucune association n’a été mise en évidence entre la densité agricole globale et les risque de LA, LAL, LAM chez l’enfant.
  • Parmi toutes les catégories d’agricultures, seule la viticulture a montré une association modérée et linéaire avec l’incidence de la leucémie aiguë chez l’enfant en France sur la période 1990-2014.
  • L’association mise en évidence entre la viticulture et la LAL ne l’a pas été pour la LAM. 
  • Le ratio standardisé d’incidence était augmenté de 3% pour chaque palier de 10% d’augmentation de la densité viticole, et pouvait aller jusqu’à 16% dans les zones à plus forte densité viticole.

Pourquoi ces résultats sont intéressants ?

La leucémie aiguë est le cancer pédiatrique le plus fréquent dans les pays industrialisés. L’exposition aux pesticides est l’un des facteurs environnementaux suspecté de jouer un rôle déterminant dans la survenue de cette maladie. Les analyses présentées ici mettent en évidence une association modérée entre les enfants qui vivent en zone viticole et le risque qu’ils développement une leucémie lymphoïde. D’autres études sont maintenant nécessaires pour confirmer ces données et identifier les pesticides plus particulièrement incriminés.

Méthodologie

Les données sont issues du registre national Français des cancers hématologiques de l’enfant (0-14 ans) et du recensement national de l’agriculture de 1990, 2000 et 2010. L’incidence de la LA a été estimée dans 35.512 municipalités, par âge et genre sur trois périodes et exprimée en taux standardisé d’incidence.

Principaux résultats

Entre 1990 et 2014, 11.487 cas de leucémie aiguë ont été répertoriés dans le registre national Français des cancers hématologiques de l’enfant (82,5% de cas de leucémie lymphoïde aiguë et 15,6% de cas de leucémie myéloïde aiguë).

Tous les cas de LAL sont survenus entre 1 et 6 ans et les LMA étaient plus fréquentes avant 1 an. Les analyses ne montrent pas d’association entre la densité agricole globale et l’incidence de la leucémie aiguë chez l’enfant (ratio standardisé d’incidence (RSI) 1,00 [0,99-1,01] pour toute augmentation de l’intensité de 10%) . En revanche, une association positive a été mise en évidence entre la densité en culture viticole et la leucémie aiguë chez l’enfant (RSI 1,03 [1,00-1,06] pour toute augmentation de la densité viticole de 10%), avec une augmentation de 16% pour la densité viticole la plus forte. Les associations entre incidence de leucémie lymphoïde, LAL et densité viticole étaient conservées même après exclusion de la région parisienne. Et l’analyse d’une France coupée en quatre montrait une tendance positive entre la LA, la LAL et la densité viticole pour le nord-est, le nord-ouest et le sud-est, mais pas pour le sud-ouest de la France. L’association n’était pas retrouvée entre la densité viticole et l’incidence de la LAM.

Aucune autre association n’a été observée avec d’autres types d’agriculture.

Limitations

Comme il n’y a pas de données spécifiques sur l’exposition aux pesticides agricoles en France, les mesures ont été indirectes viala densité agricole.