Les directives de l’ESICM soulignent les meilleures pratiques pour la prise en charge du COVID-19 en USI

  • Alhazzani W & et al.
  • Intens Care Med
  • 21 mars 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans ses directives, la Société européenne de médecine de soins intensifs (European Society of Intensive Care Medicine, ESICM) renforce les stratégies visant à réduire le risque de transmission de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) chez le personnel des unités de soins intensifs (USI) travaillant auprès d’adultes hospitalisés gravement malades.

Pourquoi est-ce important ?

  • En plus d’autres équipements de protection individuelle, pendant les procédures à risque de générer des aérosols, utiliser des masques de protection respiratoire (N95/FFP2) ajustés, plutôt que des masques chirurgicaux/médicaux.
  • Chez les patients en USI, effectuer les procédures à risque de générer des aérosols dans une chambre à pression négative (12 changements d’air minimum/heure, ou au moins 160 l/seconde/patient dans les établissements équipés d’une ventilation naturelle).
  • Veiller à ce que les intubations endotrachéales soient réalisées par les agents de santé les plus expérimentés dans la prise en charge des voies respiratoires, afin de réduire le nombre de tentatives et les risques de transmission.
  • Une surveillance étroite d’une éventuelle aggravation de l’état respiratoire est recommandée chez les adultes sous ventilation non invasive, ventilation à pression positive ou avec une canule nasale à haut débit, afin d’assurer une intubation en temps opportun.

Points clés

  • Éviter les hydroxyéthylamidons pour la réanimation aiguë.
  • Chez les patients sous ventilation artificielle atteints du COVID-19 ou d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) : utiliser une ventilation à faible volume courant (Vt ; Vt de 4–8 ml/kg de poids corporel prédit), plutôt qu’à un volume courant plus élevé (Vt supérieur à 8 ml/kg), avec des pressions de plateau cibles (inférieures à 30 cm H 2 O). 
  • Utiliser une stratégie par pression expiratoire positive (PEP) élevée (supérieure à 10 cm H2O) pour les patients sous ventilation artificielle atteints du COVID-19 ou d’un SDRA modéré/sévère ; surveiller les éventuels barotraumatismes.
  • Éviter les manœuvres de recrutement avec PEP incrémentielles.