Les différences de compréhension des termes médicaux


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a souligné l’importance potentielle de la sémantique dans le cadre de l’amélioration des soins aux patients après que des chercheurs ont identifié des différences significatives dans le sens voulu du terme « congestion » chez des médecins et des patients. 

Les chercheurs ont interrogé 31 otorhinolaryngologistes, 28 médecins non otorhinolaryngologistes et 226 patients afin d’identifier les divergences dans les définitions données au terme. Les définitions des personnes interrogées concernant le terme « congestion » ont été sélectionnées à partir d’une liste de 16 termes proposés couvrant quatre catégories générales, à savoir : les symptômes obstructifs, les symptômes liés à la pression, les symptômes liés au mucus ou les symptômes d’autre nature. 

Parmi les otorhinolaryngologistes, la congestion était le plus fréquemment définie du point de vue des symptômes obstructifs. En revanche, les patients ont plus souvent décrit la congestion en termes de symptômes liés à la pression ou au mucus. Un total de 22 otorhinolaryngologistes (71,0 %) ont défini la congestion à l’aide d’un à quatre symptômes, contre 69 patients uniquement (30,5 %). Les otorhinolaryngologistes et les médecins non otorhinolaryngologistes ont également divergé sur la portée du terme. 

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue JAMA Otolaryngology – Head & Neck Surgery, au vu de l’importance du terme dans les antécédents cliniques et les critères diagnostiques d’un certain nombre d’affections, une communication claire à ce sujet est essentielle pour s’assurer que le patient est compris et que le plan de prise en charge adopté est judicieux. « Ces résultats servent à faire prendre conscience à tous les cliniciens qu’une communication plus efficace peut être mise en œuvre pour améliorer les soins aux patients », ont-ils conclu.