Les dernières données sur les taux de paludisme dans la région de l’UE/EEE ont été publiées


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les taux de paludisme restent stables dans la région européenne, selon les dernières données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC).

Pour 2017, 8 401 cas ont été rapportés dans l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE), dont 8 393 cas (99,9 %) ont été confirmés. De 2013 à 2015, le taux de notification a augmenté, mais a légèrement diminué en 2016. Il s’est stabilisé depuis. Le taux de notification global en 2017 était de 1,2 cas pour 100 000 habitants, comme en 2016 (8 225 cas).

Parmi 8 023 cas signalés en 2017 dont le statut d’importation était connu, 99,8 % étaient liés à des déplacements. 21 cas confirmés ont été rapportés comme ayant été acquis dans l’UE : 7 chacun par la Grèce et l’Italie, 3 par le Royaume-Uni, 2 par la France et 1 chacun par l’Allemagne et l’Espagne.

Comme lors des années précédentes, le taux global de cas confirmés de paludisme s’est avéré plus élevé chez les hommes que chez les femmes (1,7 cas et 0,8 cas pour 100 000 habitants, respectivement ; rapport de 1,9:1).

Parmi les 4 874 cas confirmés pour lesquels l’espèce de Plasmodium a été rapportée, 3 989 cas (81,8 %) étaient porteurs de Plasmodium falciparum, certains cas ayant été acquis au sein de l’UE/EEE.

Des données apparues la semaine dernière ont montré que des formes multirésistantes de Plasmodium falciparum ont causé des échecs de traitement de première intention par dihydroartémisinine-pipéraquine chez la moitié des cas examinés en Asie du Sud-Est.