Les dernières données de l’OMS montrent une progression des interventions de lutte antitabac dans le monde


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des progrès constants sont réalisés dans la mise en place de mesures visant à réduire la consommation de tabac à l’échelle mondiale, mais il est nécessaire d’en faire davantage. C’est ce qu’indique un nouveau rapport sur l’épidémie mondiale de tabagisme de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le rapport révèle que de plus en plus de pays ont mis en œuvre des politiques de lutte antitabac, qu’il s’agisse de l’apposition de mises en garde illustrées sur les conditionnements des produits du tabac, de l’interdiction de la publicité ou de la création de zones non-fumeurs.

Environ 5 milliards de personnes, soit 65 % de la population mondiale, sont couvertes par au moins une mesure complète de lutte antitabac (MPOWER), un nombre qui a plus que quadruplé depuis 2007, lorsque cette couverture concernait seulement 1 milliard de personnes et 15 % de la population mondiale.

Le rapport, financé par Bloomberg Philanthropies, a montré que, même si seulement 23 pays ont mis en œuvre des politiques d’aide au sevrage tabagique au plus haut niveau d’exécution, 116 pays proposent, dans quelques-uns ou dans la plupart des établissements de santé, des services dont le coût est entièrement ou partiellement pris en charge, et 32 pays proposent des services sans en prendre en charge le coût, ce qui montre que l’aide au sevrage est très demandée par le grand public.

La consommation de tabac a également diminué de façon proportionnelle dans la plupart des pays, mais, en raison de la croissance démographique, le nombre total de personnes consommant du tabac est resté constamment élevé. Le nombre de fumeurs est actuellement estimé à 1,1 milliard, dont 80 % environ vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.